Mots-clés : d'histoire

Un peu d'histoire

Historique du projet Pourquoi pas ?

L’Ifremer avait initié en 1985 un plan de renouvellement de sa flotte visant à rationaliser les moyens à la mer issus du Centre National pour l’Exploitation des Océans (CNEXO) et de l’Institut Scientifique et Technique des Pêches Maritimes (ISTPM). Ce plan s’est traduit par de nombreuses sorties de flotte de navires âgés ou peu polyvalents et la construction de navires neufs : L’Atalante (1989), L’Europe (1993), Thalassa (1996). La refonde du Suroît a été réalisée en 1999. Le dernier navire concerné par ce plan de renouvellement est le Nadir. Les premières études de dimensionnement de son successeur, le Navire d’Exploration Profonde (NEP), ont débuté en 1997.

Le remplacement des bâtiments hydrographique L’Espérance et océanographique D'Entrecasteaux a été envisagé par l’Etat-Major de la Marine dès 1991. Les premiers travaux d’analyse ont été entrepris dès 1992 et ont abouti à une première expression de besoin en 1994. Le Service des Programmes Navals de la DGA (SPN), avec le concours de la Marine et de son service hydrographique et océanographique (SHOM) a alors engagé le programme « Bâtiments Hydrographiques et Océanographiques (BHO) dans sa phase de préparation.

Une synergie des moyens entre la Marine et l’Ifremer semblant possible en réponse à ces deux programmes séparés, les ministres de la Recherche et de la Défense ont demandé en 1998 à l’Ifremer, la Marine nationale et au SPN de réfléchir en commun au renouvellement de leurs moyens maritimes. Cette réflexion a montré que, pour une large part, les besoins de deux organismes pouvaient être satisfaits avec deux bâtiments exploités en commun et permettre de dégager pour l’Etat des économies d’échelle tant au niveau de l’investissement que de la gestion.

Les ministres de la Défense et de la Recherche sont convenus par lettre en date du 17 juillet 2000 d’entreprendre une démarche de partenariat pour la réalisation et l’utilisation commune de deux nouveaux bâtiments sur la base de contributions croisées :

  • Le BHO, bâtiment à statut militaire, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par le ministère de la Défense (DGA), avec une participation de l’Ifremer à hauteur de 5 %,
  • Le NEP, bâtiment à statut civil, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par l’Ifremer, avec une participation du ministère de la Défense à hauteur de 45 %.

Cette démarche de partenariat est détaillée dans une convention d’acquisition Défense-Ifremer signée le 12 avril 2001.

Le BHO s’appellera « Beautemps-Beaupré » et le Nep « Pourquoi pas ? », deux noms qui ont marqué l’histoire de l’hydrographie et de l’océanographie.

Le Beautemps-Beaupré sera mis en service en 2003.

Un groupe de travail, dénommé « groupe ad-hoc » a été mis en place en mai 2001 et a confirmé les scénarios de missions de la Communauté Scientifique et de la Défense pour un grand navire polyvalent :

  • Ayant une capacité tous océans.
  • Adapté à la mise en œuvre optimale en station des engins sous-marins (Victor 6000 et Nautile).
  • Equipé de sondeurs multifaisceaux performants, capteurs acoustiques, équipements de sismiques, dragues, carottiers (30 m) permettant des campagnes de bathymétrie, et d’hydrographie.
  • Equipé pour des travaux de reconnaissance générale en route de la tranche d’eau (océanographie) : mise en œuvre de bathysondes, filets, mouillages, courantomètres, …
  • Disposant d’une capacité d’accueil plus importante que celle de L’Atalante (40 scientifiques et techniciens).

Le premier Comité directeur du projet s’est réuni le 28 septembre 2001 et a acté les conclusions du groupe ad-hoc et le calendrier du projet. Le groupe de suivi de projet (GSP) mis en place début octobre 2001 a initié de nombreuses réunions de définition du besoin avec les futurs utilisateurs. Elles se sont déroulées au sein de cinq groupes de travail (Vie à bord, Locaux scientifiques, Pont, Motorisation/acoustique et Equipements scientifiques). Cette expression fine du besoin a été entérinée par le Comité directeur lors de sa réunion du 4 décembre 2001 et a fait l’objet d’un document détaillé présenté au Conseil d’Administration de l’Ifremer au mois de mars 2002.

Suite à des appels d'offres européens, le choix du constructeur du navire, des fournisseurs des sondeurs multifaisceaux et des treuils grands fonds et la configuration initiale du projet ont été approuvés par le Comité directeur du projet le 16 octobre 2002. La commission des Marchés de l'Ifremer puis le Conseil d'Administration de l'Ifremer ont approuvé les marchés de construction du navire, des sondeurs multifaisceaux et des treuils grands fonds les 10 et 12 décembre 2002.

La livraison du navire est prévue en mars 2005 pour une mise en service au profit du SHOM et de la communauté scientifique courant 2005.

Différents avant-projets