Mots-clés : pourquoi

Pourquoi pas ?

L'océan, un défi commun

Les besoins d'hydrographie et d'océanographie de la Marine nationale et de la communauté scientifique concourent à des activités de même nature qui favorisent une synergie entre les deux ministères de la Défense et de la Recherche pour leurs moyens maritimes. Dans ce cadre, deux navires ont été construits en partenariat entre le ministère de la Défense et l'Ifremer.

  • un navire civil, armé par Genavir sous pavillon français, à usage partagé. Il porte le nom de Pourquoi pas ? en hommage au commandant Charcot. Ce navire d'une centaine de mètres, est financé à 55% par l'Ifremer et 45% par la Marine avec une utilisation répartie de 150 jours/an pour la Marine et de 180 jours/an pour l'Ifremer. Il s'agit d'un navire polyvalent équipé pour les travaux en route et optimisé pour les travaux en chantier.

    Le Pourquoi pas ? peut ainsi mener à bien des missions d'hydrographie, hauturière ou côtière, de géosciences, d'océanographie physique, chimique et biologique et mettre en oeuvre les équipements scientifiques de l'Institut. Au cours d'une mission, il est capable de mettre en oeuvre alternativement deux équipements lourds, type Nautile, Victor 6000 ou engin remorqué. Il peut également réaliser des affrètements.

  • un navire militaire, le "Beautemps-Beaupré", destiné à couvrir les besoins stratégiques de la Marine et du SHOM, dans l'Atlantique-Nord en particulier. Il porte le nom "Beautemps-Beaupré" en hommage au père de l'hydrographie française.
    Ses principales missions portent sur l'hydrographie, la bathymétrie fine et l'océanographie physique. L'Ifremer participe à son financement à hauteur de 5% et peut l'utiliser 10 jours/an. Il est dérivé de la Thalassa.