Keywords : objectif

Objectif

Un objet déterminé pour l'UMS Flotte océanographique française :
un objectif, trois missions

L'objectif assigné à l'UMS est d'améliorer la gestion de la flotte océanographique française répartie jusqu'alors entre les quatre opérateurs.

La constitution de l'UMS avec une gouvernance unifiée doit permettre aux autorités publiques d'avoir une vision d'ensemble du budget consacré à cette Très grande infrastructure de recherche (TGIR) dans le cadre du contrôle des politiques publiques. La connaissance des coûts consolidés permettra une vision stratégique qui fait défaut actuellement du fait de la dispersion des moyens consacrés à la flotte.

Pour atteindre cet objectif, trois missions sont définies :

  • élaborer une programmation intégrée des navires et des équipements lourds,
  • préparer et coordonner un plan d'évolution de cette flotte,
  • coordonner les politiques d'investissement.

La programmation intégrée des navires

La dimension et la composition de la flotte française offrent aux scientifiques des possibilités d'intervention sur toutes les mers du globe. On parle dès lors de flotte "tous océans".

Mais pour répondre aux demandes de campagnes des scientifiques, dont les recherches s'insèrent souvent dans des programmes internationaux, il est nécessaire d'élaborer chaque année une programmation de ces moyens navals. Celle-ci doit être harmonieuse, afin d'éviter des transits maritimes coûteux et surtout non productifs en terme de science.

Cette programmation annuelle est devenue au fil des ans un exercice complexe rendant difficile la satisfaction de toutes les demandes de campagnes scientifiques, de partenariat public/privé ou des missions de service public dans le cadre de politiques spécifiques de l'Etat ou de la Commission européenne. De plus l'intervention dans les eaux étrangères, y compris pour des recherches d'intérêt général, nécessitent des demandes d'autorisation de travaux auprès des Etats riverains, dans le respect du droit de la mer et des accords internationaux ; celles-ci nécessitent parfois des procédures très longues.

Dans une perspective de programmation pluri-annuelle des campagnes dont le contenu et l'objectif de recherche ont été nécessairement soumis à des structures d'évaluation scientifique, l'UMS pourra proposer une programmation unifiée et intégrée de nature à offrir des possibilités supplémentaires d'embarquement. Ce regroupement et cette mise en commun dans un programme global de la flotte est un gain attendu (gain en nombre de jours).

Un autre gain attendu de cette mutualisation vient de "l'effet de masse" des campagnes demandées aux quatre opérateurs favorisant le partage des transits.

Un plan d'évolution cordonné

La flotte française, pour moderne et performante qu'elle soit comparée à ses homologues étrangères, nécessite de prévoir sa jouvence ou son renouvellement.

La vedette littorale Haliotis a été mise en service en 2008, Pourquoi pas ? en 2005. Mais le reste de la flotte est le résultat d'un plan de renouvellement qui remonte à la fin des années quatre-vingt

La flotte côtière, au service de questions sociétales (environnement, biodiversité, pêche…), est vieillissante et surtout inadaptée aux outils de la recherche actuelle. Son évolution ne peut plus être conduite de manière isolée par les organismes de recherche, car elle serait une source de dépenses budgétaires non motivées.

L'UMS aura pour mission d'élaborer des "schémas de sortie de flotte" et surtout d'identifier, avec l'appui de la communauté scientifique, les nouveaux besoins hauturiers et côtiers. Compte tenu des contraintes de financement de l'Etat, l'UMS peut mettre en valeur la nécessité de lancement de constructions spécifiques répondant strictement aux besoins à partir de scénarios élaborés et justifiés.

Des politiques d'investissement anticipées

Jusqu'à présent chacun des organismes avait leur propre politique d'investissement et d'acquisition d'équipements. Cette situation pouvait parfois être source de redondance coûteuse dans une période où la ressource budgétaire est rare.

La mise en place d'un outil utile d'aide à la décision, c'est-à-dire permettant d'arbitrer entre expression de nouveaux besoins et impératifs budgétaires, doit permettre le renouvellement organisé des équipements scientifiques (y compris les équipements mobiles) et des systèmes sous-marins.

Cela passe par un recensement systématique des matériels (état opérationnel, degré d'obsolescence et demandes d'évolution en provenance de la communauté scientifique), et par l'évaluation du coût de leur maintien à niveau. L'UMS pourra ainsi avoir un pilotage équilibré et une vision d'ensemble de la politique d'investissement de la flotte pour que celle-ci reste un outil de premier plan au niveau mondial.