Keywords : tgir

TGIR

Dans un discours fondateur, lors des 25 ans de l'Ifremer (28 septembre 2009), le ministre de la Recherche, Valérie Pécresse, exprimait le souhait de la mise en place d'une gestion commune et intégrée de l'exploitation et de l'évolution de la flotte et de sa constitution sous forme de TGIR : la Flotte océanographique française.

Qu'est-ce qu'une TGIR ?

Une très grande infrastructure de recherche est un outil établi en vue de mener une recherche propre d’importance et pouvant assurer une mission de service pour une ou plusieurs communautés scientifiques de grande taille. Son coût de construction et d'exploitation est tel qu’il justifie un processus de décision et de financement concertés au niveau national, et éventuellement européen ou international, et une programmation pluri-annuelle. Sa gouvernance est centralisée et ses orientations et son évaluation sont assurées par des comités scientifiques de haut niveau. Son accès est ouvert à tous sur la base de l'excellence scientifique.

Cette TGIR réunit depuis le 1er mars, les quatre opérateurs de flotte et d'engins sous-marins :

- le CNRS-INSU qui gère principalement des navires côtiers et des navires de stations marines,

- l'IPEV qui gére le Marion Dufresne ,

- l'IRD qui gère l'Antea et l'Alis.

L'objectif de la TGIR-flotte sera d'optimiser tous les moyens navals nationaux prioritairement au service de la communauté scientifique et de progresser vers plus d'intégration entre les opérateurs sur l'ensemble des procédures opérationnelles, et le renouvellement de la flotte, tout en veillant à garder l’actuelle visibilité européenne.